L’ÉTAT MAJOR D’UNE ARMÉE

iyeasu_002L’installation du camp du Daimyô et de son État-Major était l’une des premières tâches dans l’organisation d’une bataille. Un endroit surélevé pour voir les mouvements de troupes était toujours privilégié. Il devait être aussi facile à défendre. Une fois cet endroit choisi, les préparatifs démarraient aussitôt. Si on avait le temps nécessaire, une rangée de palissades en bois constituait une première défense. Dans ce périmètre s’installait alors toute la logistique ( communications, approvisionnements, gardes, etc. ). Puis on délimitait l’emplacement de l’état-major en délimitant un espace avec de larges draps de toile ( Maku ) portant le Mon du Daimyô,et protégeant celui-ci du vent et des regards.

Le Daimyô se tenait assis sur un pliant, tenant son bâton de commandement ( Saihai ) dans la main. Ses principaux généraux l’entouraient. Chacun d’entre eux était en charge d’une partie de l’armée ( Cavaliers, arquebusiers, lanciers, etc. ). Puis la garde rapprochée du Daimyô (les Hatamotos) prenait place derrière lui. Enfin, à proximité, se tenaient plusieurs soldats chargés de tenir son sabre ( Tachi ), sa lance ( Yari ) ou son casque ( Kabuto ).

Au fond du campement, un ou plusieurs samourais tenaient les emblèmes personnels ( Uma Jirushi ) du Daimyô. Ceux-ci prenaient des formes aussi différentes que des cloches, des représentations du soleil ou même des emblèmes religieux. Enfin les porteurs des hautes bannières portant le Mon du clan ( Nobori ) occupaient la partie arrière du quartier général, afin que la présence du Daimyô soit visible par toutes ses troupes. Mais ceci donnait également à l’ennemi une merveilleuse cible à atteindre !

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn