LES TSUKAI BAN

horagai_001La qualité des communications sur le champ de bataille était une condition indispensable de la victoire. L’évolution rapide des combats et les manœuvres de l’ennemi imposaient une adaptation constante de l’emploi des troupes. Le général devait donc communiquer rapidement avec ses officiers sur le terrain afin de leur donner ses ordres. Il possédait plusieurs moyens de communications adaptés à chaque usage, selon qu’il souhaitait s’adresser à des groupes d’armées ou à une unité en particulier.

Les ordres d’attaque ou de retraite adressés à plusieurs groupes d’armées étaient transmis au moyens d’immenses tambours de guerre ( Taiko ) dont le son sourd portait sur de longues distances. Le rythme changeant correspondait à des manœuvres particulières. Pour les distances plus courtes, on utilisait le Huragai, coquillage de grande taille dont la coquille faisait office de caisse de résonance.

L’envoi d’ordres directs au unités était confié à des messagers ( Tsukai Ban ) qui traversaient directement le champ de bataille pour apporter les messages aux chefs d’unités ( cavalerie, lanciers, archers, arquebusiers ). Ces messagers étaient reconnaissables à leur sashimono particulier, constitué soit de longues plumes ou de longues et étroites bannières de couleurs. Ils devaient être libres de circuler en priorité parmi les troupes, mais leurs uniformes en faisaient également une cible de choix pour les tireurs ennemis au cœur des combats. Dans ce cas, certains Tsukai Ban portaient le Horo des Uma Mawari afin de se protéger des archers ennemis.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn