HISTOIRE DU JITTE

jitte_01Probablement originaire des îles Ryukyu, au sud du Japon, cet instrument de défense est connu comme étant le symbole de la police shogunale à la période Edo. Constituée d’une pointe d’acier d’environ 45 cm de long, et munie d’un crochet placée à angle droit, elle permettait de désarmer un Samourai sans le blesser.

Porté dans la ceinture de kimono ( Obi ) des policiers, le Jitte servait à parer une attaque au sabre, et à amener celui-ci dans le crochet situé à la base de l’arme. Le policier pouvait ainsi bloquer la lame, puis d’une torsion du poignet , l’arracher des mains du Samourai, voire dans certains cas la briser. Le Jitte pouvait également servir à porter des coups, plus spécialement à la gorge ou l’abdomen.

Une autre arme proche du Jitte était connue sous le nom de Sai. Sa pointe d’acier était entourée de de deux piques, qui servait également à bloquer les sabres, mais pouvait égaler servir de poignard, avec sa pointe acérée. Contrairement au Jitte, le Sai était souvent utilisée par paire, ce qui permettait des contre-attaques souvent mortelles.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn