HISTOIRE DU NODACHI(sabre)

nodachi_01Arme très particulière, le Nodachi est sujet à nombre d’interrogations sur sa réelle valeur en combat. Créé au début par des forgerons soucieux de prouver leur capacité à forger des lames extraordinairement longues, ce sabre finit par trouver des adeptes durant la période Nanbokucho ( 1333-1392 ). Les guerriers, soucieux d’impressionner leurs ennemis par une arme redoutable, la portent accrochée dans le dos. Néanmoins la taille totale du sabre ( environ 2 mètres ) rend son emploi extrêmement difficile, spécialement dans des forêts ou des villages. De plus, elle nécessite un assistant pour pouvoir dégainer l’immense lame de son fourreau.

Pourtant, certains corps d’armée décident de s’en servir pour stopper les charges de cavalerie, grâce à l’allonge de la lame. Le but était de couper les jarrets des chevaux, tout en se tenant assez loin pour ne pas être écrasé. Mais assez rapidement, les Bushis se rendant compte que le Naginata est bien mieux adapté à cet usage, l’utilisation du Nodachi décline assez rapidement sur le champ de bataille. Seule l’école Kage-Ryu conserve l’enseignement de cette arme à la fin de la période Muromachi.

Néanmoins cette arme reste l’apanage des guerriers les plus redoutables. Son maniement demandant une certaine force et un entraînement prolongé, et son prix le réservant à des guerriers fortunés, le Nodachi se transforme en symbole de prestige. Le malheureux adversaire de Miyamoto Musashi, Sasaki Kojiro est supposé avoir possédé une telle arme appelée « Mono Hoshi Zao » (la Perche de séchage).

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn