do_001La protection du corps : Elle est constituée de deux parties. La cuirasse d’abord ( Dô ) est l’élément le plus solide de l’armure, car destiné à recevoir le plus grand nombre de coups de sabres. Formée de deux plaques de fer distinctes pour l’avant et l’arrière du torse, l’ensemble s’appelle Ô Yoroi. Assez lourde car très solide, elle convient parfaitement aux cavaliers munis d’arcs. Mais quand les Bushis combattent de plus en plus à pied, la cuirasse de style Dômaru bien plus légère s’impose. Constituée de plusieurs lamelles d’acier, elle se ferme sur le côté droit. A partir de 1400, une cotte de maille vient protéger le corps, les épaules, et surtout les bras.

La deuxième partie est une jupe d’armes de 7 plaques de fer ( Kusazuri ) protégeant le ventre et les hanches. Très mobile, elle permet au Bushi de se déplacer très facilement, même sur des plans inclinés. Deux plaques protègent l’avant du guerrier et deux autres plaques ses hanches. Trois autres plaques, enfin, à l’arrière assurent une protection complète du guerrier.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn