LES TACTIQUES DES ASHIGARUS

ashigaru_006aLes formations de bataille de l’époque Sengoku Jidai était souvent inspirées des manuels de stratégie chinoise. La disposition de l’armée répondait à des règles assez communes à toutes les armées du Japon. En plaçant le Daimyo au centre du dispositif, protégé par ses Hatamoto, et encadré par des bataillons de Samourais, les généraux Japonais définissaient rapidement les marques sur le champ de bataille.

Au début du 16ème siècle, les poids des Ashigarus devenant de plus en plus important dans les armées, un rôle précis leur fut attribué par les généraux Japonais. La disposition la plus fréquente était de placer les piquiers en avant et les arquebusiers et les archers en arrière. Les piquiers avaient comme mission de protéger les autres Ashigarus plus vulnérables avec leurs armes ( Teppô ou Yumi ). Pendant ce temps, les arquebusiers et les archers se relayaient fréquemment, alternant leurs tirs pour permettre à l’autre de recharger son arme.

Mais au moment de l’assaut généralisé, les charges des seuls piquiers réduisaient sensiblement le nombre d’Ashigarus dans les mêlées. Souvent attaqués par la cavalerie, les archers et les arquebusiers, en effet, étaient en difficulté dans les combats rapprochés. Il fallait donc rapidement mettre à l’abri ces troupes qui ne possédaient souvent qu’un simple Katana pour se défendre contre des cavaliers ennemis lancés au galop.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn