LE KUSARIGAMA

ninja_010Directement hérité des armes fabriquées par les fermiers pour se défendre contre les voleurs et les rôdeurs, le Kusarigama n’en était pas moins très efficace. La base de l’arme était constituée par une faucille Japonaise à lame droite, à laquelle on avait rajouté une chaîne d’environ 2 mètres, lestée d’un poids à son extrémité.

Les techniques d’utilisation étaient variées, mais partaient tous du même principe : immobiliser d’abord l’adversaire avec la chaîne, le déséquilibrer, le tirer vers soi, et le tuer avec la faucille. Lancée vigoureusement en direction de l’ennemi, la chaîne s’enroulait soit autour du cou de l’adversaire, soit autour du torse, ou autour de son Katana. Gêné, voire immobilisé, l’ennemi perdait ainsi une grande partie de ses moyens. Une option était également de frapper la tête du combattant avec le poids situé au bout de la chaîne pour l’assommer.

Le Kusarigama, en plus des fermiers, était utilisé par quelques Samourais qui en avait fait leur spécialité. Mais ce sont les Ninjas qui en firent le plus grand usage. Leur arme,appelée Shinobigama, possédait une lame plus courte, mais bien plus acérée, protégée dans un fourreau pour le transport. Elle était passée à la ceinture lors des déplacements, prête à l’emploi. Peu de Bushis arrivaient à se défendre réellement contre une attaque de Shinobigama. La meilleure réponse consistait à lâcher le sabre immobilisé pour utiliser le Wakizashi, mais la petite taille de celui-ci réduisait les chances du combattant.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn