SE DEGUISER

yamabushi_002aComme tout espion, le Ninja devait pouvoir circuler librement sans attirer l’attention. L’Onshin Jutsu (l’art du déguisement) était donc enseigné dés le plus jeune âge aux enfants Ninjas. Il leur permettait de franchir les nombreuses barrières militaires situées le long des grandes routes et d’approcher les bases ennemis sans encombre. Pour se fondre dans la population, le déguisement était adapté à celui de la région visitée, ou de la cible.

Il existait sept types principaux de déguisements. Les deux principaux étaient celui des Yamabushis ou des Komuso ( prêtre bouddhiste itinérant, demandant l’aumône ). Les saltimbanques ( Saru Gaku ) étaient aussi souvent choisis pour leur nomadisme à travers le pays. Le Ninja pouvait également se déguiser en marchand ambulant ( Akindo ) pour recueillir des renseignements en ville ou en travailleur journalier(Tsunegata), pour pénétrer sur les chantiers militaires. Enfin, la profession de comédien ( Hokashi ) et surtout d’acteur Noh ( Saruwaka ) permettaient de pouvoir donner des représentations directement dans les châteaux de l’ennemi.

Afin de ne pas être démasqué, le Ninja devait apprendre les techniques de chaque personnage utilisé. L’enseignement de la flûte de Bambou ( Sakuhachi ) et les sutras pour les prêtres, l’art du théâtre pour les comédiens, et les dialectes locaux pour les marchands faisait partie de la formation des élèves. En général un apprenti se limitait à deux ou trois professions afin de les maîtriser parfaitement.

Un dernier déguisement était plus rare, celui de Samouraï. Il était en général utilisé juste avant l’assaut d’une place-forte en désorganisant la défense ennemie. La diffusion d’ordres contradictoires, de fausses rumeurs ou le déclenchement d’incendies étaient les pratiques les plus courantes..

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn