SOHEIS ET YAMABUSHIS

sohei_004De la même manière qu’il faut distinguer Bushis et Samouraïs, les Sohei et les Yamabushis sont deux types de guerriers totalement différents. Par l’époque d’abord, puisque les Sohei ( moines soldats ) ont surtout été présents à l’époque de Nara et de Heian, alors que la période des Yamabushis été plutôt celle de Momoyama et Edo. Mais c’est surtout le rôle de chacun de ces prêtres guerriers qui fait la principale différence.

Avec l’avènement du bouddhisme, les temples et les sectes encouragées par l’État devinrent de plus en plus riches et puissants. Pour se protéger des brigands et des bandes armées, les temples employèrent des gardes armés: les Sohei. Peu à peu, de la simple défense, les sectes passérent à l’offensive. Les monastères utilisèrent ces redoutables moines soldats pour attaquer d’autres temples concurrents ou bien pour effrayer la cour afin d’obtenir plus d’avantages fiscaux ou immobiliers.

Les Yamabushis étaient, eux, des ascètes de la secte Tendaï-Shû, qui se reconnaissaient dans les doctrines du Shugendô ( mélange de Bouddhisme et de croyances populaires ). Par différents exercices, ils souhaitaient endurcir à la fois leurs corps et leurs esprits. En utilisant plus ou moins la sorcellerie et la magie, ces prêtres s’entourèrent d’une aura mystico-religieuse qui les rendit très célèbres dans un Japon encore très réceptif à la superstition.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn