LA GESTE DES SANADA de Inoue Yasushi, POF ( 1958 ) ****

lr_005Grand écrivain Japonais, né au début du siècle, Inoue Yasushi a écrit 8 nouvelles consacrées à la période Momoyama, dont 4 sont concernant le grand général Sanada Masayuki, le père de Yukimura. A travers ces récits historiques, Inoue laisse entrevoir la période troublée de l’unification du Japon, pleine d’intrigues et de suspicions. Le double langage, le retournement d’alliances, la trahison étaient autant d’armes employées entre eux par les grands seigneurs ( Daimyos ).

Parmi les autres récits, celui de la bataille de Nagashino et celui de la description de la mort d’ Oda Nobunaga, assassiné par l’un de ses généraux Akechi Mitsuhide, sont particulièrement poignants. La maîtrise du style historique de Inoue fait revivre autant les événements que les émotions des Bushis qui les vivent.

La Geste des Sanada traduit par René Sieffert fait partir des plus beaux textes du Japon publiés par les Publications Orientalistes de France ( « Langues – O » ) dont beaucoup se rapportent aux Bushis.

Majima Moku était un personnage taciturne, qui, à première vue, avait l’air plutôt obtus et qui semblait ne pas trop savoir que faire son encombrante carcasse. Il paraissait déjà âgé, mais en fait il n’avait que vingt huit ans. Depuis son enfance, il avait été au service de Saémon-no-jô Yukimura, mais avant la bataille de Sékigahara, il avait, tout à fait par hasard, été affecté au contingent de l’héritier des Sanada, Nobuyuki, sous les ordres duquel il était donc désormais placé.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn