1571-1574

bushi_022La victoire sur les clans Asakura et Asaï laisse un goût amer à Nobunaga. La trahison ne s’est pas limitée à son beau-frère, mais également à de nombreuses sectes religieuses ( Ikkô-Ikki ) qui ont soutenu ses ennemis en cherchant à l’attaquer sur ses arrières. Trois grands temples sont en pointe de cette conspiration et représentent un danger de révolte permanent pour son pouvoir. Oda Nobunaga décide donc de les détruire l’un après l’autre en trois vagues d’assaut différentes.

En Septembre 1571, l’attaque du Enryaku-ji sur le mont Hiei, fort de milliers de moines soldats de la secte Tendai, est une victoire rapide. Avec 30.000 hommes, le clan Oda est en supériorité numérique écrasante. Très vite la bataille se transforme en massacre qui n’épargne personne, ni femmes, ni enfants, ni vieillards.

Le siège de Nagashima est plus plus difficile et Nobunaga devra s’y reprendre à trois fois, entre 1571 et 1574, avant d’envahir définitivement la citadelle. Il y perdra son frère au combat et lui même échappe de peu à la mort d’un arquebusier ennemi. Il faudra au final incendier la citadelle grâce à l’utilisation dune palissade en bois enflammée.

Mais le siège le plus long restera celui du Hongan-ji d’Ishiyama (Osaka actuelle). Il faudra 11 ans de siège et d’assauts répétés pour venir à bout de l’incroyable résistance des Ikko-Ikki. Les fortifications du temple sont si sophistiquées, que les vagues d’assaut conventionnelles s’y heurtent sans succès durant des mois. Mais la destruction progressive des sources d’approvisionnement, y compris par mer, rend progressivement la situation intenable pour les insurgés. En 1580, le moine Kôsa qui dirigeait les combattants accepte de quitter les lieux sur demande de l’Empereur. C’en est fini des Ikkô-Ikki.

Envie de partager votre lecture ?
FacebookTwitterWhatsAppGoogle+LinkedIn